Fièvre Du Jeu

Vous êtes ici >> Accueil/Ludotheque//Fortuna
Sélectionnez ci-dessous un caractère afin d'afficher les jeux correspondants :

A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | 0-9
Toutes catégories

Fortuna

03/01/2012 - Lu 224 fois

Note moyenne : 1.0/10 (1 note)

Autre(s) nom(s) :             
              
AUTEUR(S)       : Michael Rieneck   Stefan Stadler        
EDITEUR           : The Game Master  Intrafin Games  Ludo Nova  
ILLUSTRATEUR  : Franz Vohwinkel        
THEME(S)         : Rome           
MECANISME(S) : Dés   Gestion de main  
Pour  2 à 4  joueurs à partir de 10 ansDurée : 90  minutesFormat H×L×p : 295 x 295 x 55  mm
Année de parution :  2011Présence de texte :  absentDisponibilité : 

Dans Fortuna de Michael Rieneck et Stefan Stadler, édité par The Game Master, Ludo Nova et Intrafin Games, les joueurs sont de jeunes et ambitieux Romains qui rêvent d'influence dans l'Empire romain. Dans leur soif de pouvoir, ils quittent leur village pour Rome. La route pour y parvenir est longue et il y a plusieurs façons d'atteindre Rome. En tant qu'agriculteur, ils pourront travailler la terre et cultiver de grandes quantités de blé et des vignes. Pour améliorer le rendement de leur récolte, ils devront cependant irriguer leur terre. Puis en échangeant au meilleur prix les biens récoltés peut être graviront-ils les échelons de la hiérarchie romaine.

Mais peut-être choisiront-ils une autre voie. Feront-ils alors appel à une armée de centurions ? Ou à la voie sacrée de la religion et des dieux romains, si impitoyables ? En chemin, ils auront encore la possibilité de trouver le bonheur et la richesse en se mariant. A l'approche de Rome et du palais de l'Empereur, la tension monte. Quel joueur aura le plus contribué à la grandeur de l'Empire? Et lequel aura contribué à sauver la ville ? C'est au moment où l'approvisionnement en eau et en nourriture est épuisé et où les Centurions sont nécessaires pour protéger Rome contre l'invasion que les Romains les plus prestigieux montrent leur courage et leur valeur. L'empereur saura les récompenser…

 

Descriptif


Ce jeu est le fruit de la collaboration entre Michael Rieneck et Stefan Stadler qui ont déjà signé ensemble entre autres Cuba et les piliers de la terre. Des références ! Les illustrations de Franz Vohwinkel sont superbes, mais la production du jeu n’est pas à la hauteur de la qualité du travail accompli. En effet, on regrette le rendu final, fruit des ateliers chinois, avec le gros grain de la boite de jeu et du plateau ainsi que la texture des cartes. Toutefois, l’ensemble est solide et ne présente pas de défaut, dommage. La règle française est gracieusement fournie, mais encore là quel gâchis ! De nombreuses coquilles y figurent et tout n’est pas vraiment clair. Heureusement, il y a quelques passionnés comme François Haffner qui aiment le travail bien fait et qui nous offrent une version française digne de ce nom. Qu’il en soit ici grandement remercié.

But du jeu – Déroulement d’une partie


Dans ce jeu pour 2 à 4 joueurs, les joueurs doivent collecter des points de prestige lors de leur périple vers Rome. Personne à ce jour ne l’ignore, plusieurs chemins mènent à Rome. Plus précisément, seulement 4 chemins. Chaque joueur dispose en effet de sa propre voie pour atteindre au plus vite le palais de César situé au cœur de Rome. Pour ce faire, il dispose sur son plateau individuel en début de partie de 5 sesterces, d’une eau, d’un vin, d’un ceinturon, d’une vestale et d’un dé.

 

Des cartes Action sont disposées autour du plateau de jeu (3 cartes face à chaque joueur). Il y a également des ressources en réserve : eau, blé, vin, centurion, vestale, et des cartes Privilège et Bâtiment. On place également 6 cartes Faveur sur le plateau de jeu. Pour finir, des pions Privilège sont placés en réserve, à l’exception de 3 d’entres eux qui sont placés sur le palais de César situé au centre du plateau.

A son tour de jeu, le joueur choisit de jouer une carte qui se trouve placée sur son bord du plateau de jeu. Il peut par exemple recevoir de nouvelles ressources, qui lui rapporteront de l’argent. Un bâtisseur sera utile pour l’achat des cartes Bâtiment, qui permettent des avantages intéressants. Ou le joueur louera les services d’un centurion, ou d’une vestale, etc …

Lorsqu’il joue cette action le joueur choisit une carte, réalise l’action correspondant puis échange cette carte avec la carte face visible d’un autre joueur. Le joueur place sa nouvelle carte du côte face cachée, ainsi est-il assuré de pouvoir utiliser l’action de cette carte le tour suivant. La carte est réservée, en quelque sorte. Le centurion permet lui de jouer une seconde action.

Ensuite, entre en jeu Fortuna, la divinité romaine de la chance et du hasard. La bonne fortune est elle au rendez-vous ? Pour tenter de gagner les faveurs de l’empereur, le joueur lance le dé. Cela permet de gagner une carte Faveur. Plus le chiffre de la carte Faveur est élevé, plus la faveur est intéressante. Le dé détermine quelle faveur le joueur reçoit (un 4 au dé permet de choisir une des 4 cartes : I, II, III ou IV). Lorsque le joueur n’est pas en mesure de réaliser le sacrifice demandé, l’empereur mécontent reçoit une taxe. Sinon, le joueur reçoit les faveurs de l’empereur et peut avancer sur sa voie vers Rome.

Pour contrer le hasard du au lancer de dé, il est possible d’acquérir des vestales (au maximum 3) qui permettent d’obtenir un dé supplémentaire. Ainsi, un joueur pourra au maximum lancer 3 dés et choisir le résultat d’un dé qui lui convient le mieux.

Toutefois, chaque Faveur n’est disponible qu’une seule fois par tour, il est donc possible que les dés soient contre un joueur et que celui-ci n’obtienne aucune faveur du fait que la faveur ait déjà été jouée par un autre. Il est donc primordial dans Fortuna de pouvoir choisir en premier – et donc de jouer en premier.

Lors d’un tour, toutes les cartes Faveur ne seront pas utilisées du fait du nombre de joueurs participant ou du mauvais sort qui s’acharne sur un joueur. Les cartes Faveur non utilisées recevront alors un pion Privilège (au maximum, 3 pions sur une carte) qui sera pris par un joueur lors d’un tour suivant en plus de la carte Faveur. Ces pions permettent d’obtenir une carte Privilège qui procure des avantages comme des points de prestige ou des ressources.

Dès qu’un joueur atteint le palais de César, le tour est complété et la partie s’achève. On décompte alors les points, mais seuls les joueurs ayant atteint les portes de Rome peuvent l’emporter.

 

Verdict


Lors du déroulement d’une partie, la qualité rédactionnelle des règles est vite oubliée. Le mécanisme original contribue pleinement à la réussite du jeu, c’est fluide, les joueurs peuvent programmer une séquence d’actions et connaître quelles cartes les autres joueurs ont à leur disposition. Une action spéciale permet même de jouer une carte disposée face cachée d’un adversaire.

Les joueurs devront adapter leur jeu en fonction des cartes qu’ils reçoivent en cours de jeu à moins qu’ils ne jouent leur carte « réservée ». Dans Fortuna, on ne bloque jamais un adversaire, tout au plus on peut lui souffler une carte Bâtiment. Ces dernières, en nombre restreint, ne seront donc pas pour tout le monde. La basilique par exemple permet de recevoir une carte Privilège supplémentaire, le palais réservé aux mariés permet d’avancer de 2 cases vers Rome. A noter que ces cartes, puissantes, sont rares et donc chères.

Fortuna est un bon compromis entre gestion, hasard contrôlable si l’on s’en donne les moyens et course contre la montre car il faudra ne pas traîner pour arriver à Rome. Un jeu parfaitement réussi et équilibré surtout à 4 joueurs.

 

 

Auteur : admin infos sur l'auteur | contactez l'auteur | le site de l'auteur

Autre version : Il n'y a pas de résultat

Il n'y a pas d'extension de ce jeu dans notre ludothèque

Les Commentaires

Aucun commentaire
Jeu précédent : FirenzeJeu suivant : Mystery express
000webhost logo